Pourquoi devenir réparateur Murfy ?

À vous, techniciens hors pair ou réparateurs du dimanche, passionnés d’électronique ou de mécanique, vous qui aimez aller au contact des clients et pour qui le service est une source de joie, vous qui en avez marre de voir tout ce gachi des machines jetées sans raison, cet article vous est dédié. Il vous lance un appel, expose notre vision des choses et tente de vous convaincre de rejoindre notre équipe, celle des héros modernes de la réparation qui fera bientôt trembler l’industrie vieillissante du neuf !

Quelques considérations générales

Depuis nombres d’années, la tradition française dévalorise les métiers qui s’exercent avec les mains. En parallèle, la France a un taux de chômage chez les moins de 25 ans de plus de 20%, parmi les plus hauts de toute l’union européenne.
Alors avant d’entrer dans le vif du sujet, commençons par rompre le cou des vieux clivages entre les métiers manuels et ceux qui feraient plus appel à la tête. Nous l’avons déjà montré, les métiers de l’artisanat sont très enrichissants d’un point de vue cognitif (à lire ici). D’un autre côté, les burn out et les dépressions chez les cadres sont devenus la première cause d’incapacité à travailler. La raison ? Selon Matthew Crawford, que nous aimons bien chez tonton Murfy, “l’une des principales sources du mal-être contemporain au travail tient sans doute à un excès d’abstraction”.

Parlons donc d’un métier bien concret, résolument tourné vers l’avenir et qui fait du bien à notre planète. Nous avons nommé… Technicien.ne en électroménager !


1. UN BONHEUR HORS GARANTIE 

Murfy est parti d’un constat simple : il n’y a pas d’acteur national qui propose un service de réparation hors garantie de qualité. Notre ambition est de devenir cet acteur et de réparer toutes les machines que d’autres auraient remplacées. Excellente nouvelle, le hors garantie comporte des spécificités qui font le bonheur des techniciens !

Nous avons dit technicien 

Depuis le départ de l’aventure il y a quelques mois, j’ai rencontré ou appelé près de 300 candidats potentiels. La chose que j’ai le plus entendue est la suivante : “Chez les grands SAV, nous sommes plus des changeurs de pièce que de véritables techniciens”. En effet, quand on répare une machine sous garantie, il est tentant de changer beaucoup de pièces détachées sans essayer d’utiliser toutes les astuces des artisans réparateurs (normal, puisque les clients n’assument pas le coût de ces pièces !).

Chez Murfy au contraire, nous privilégions toujours l’intelligence du technicien. Réutiliser des pièces d’occasion, changer les balais des charbons moteur sans leur support ou encore désencrasser des pompes. Autant de choses encouragées par l’entreprise et que nos clients nous rendent bien !

La relation client chez Murfy

Imaginez. Vous venez de faire l’acquisition d’une machine à laver dernier cri à 600 euros pour vous occuper du linge de votre famille nombreuse. 6 mois plus tard, elle tombe en panne. Vous appelez donc votre SAV préféré, avec lequel vous avez passé un contrat supposé de confiance. On vous envoie un technicien une semaine plus tard et vous attendez encore 15 jours pour que l’on vienne remplacer la pièce dont vous avez besoin. En attendant, vous vous rendez à la laverie le soir en sortant du boulot. Comment recevez-vous alors le technicien qui se rend à votre domicile ? Avec un café et un sourire reconnaissant ?

Chez Murfy, l’histoire est tout à fait différente. Votre machine vous a déjà bien rendu service pendant 10 ans et vous cherchez un artisan sur internet pour la réparer. Vous tombez sur le site de Murfy et découvrez le forfait à 85€, parmi les moins cher du marché. Au téléphone ou en ligne, on vous propose une intervention sous 48h et si vous avez besoin d’une pièce, on vient vous la poser trois jours plus tard.


2. DES CONDITIONS DE TRAVAIL REPENSÉES

Murfy utilise l’outil numérique pour dépoussiérer le secteur de la réparation, apporter plus d’efficacité dans les opérations quotidiennes et plus de transparence dans l’organisation du travail.

Des tournées optimisées

Si les réparations hors garantie sont trop chères, c’est parce que les artisans passent trop de temps en voiture pour aller d’un client à un autre. Chez Murfy, nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour réduire les temps de trajet.

Des équipes sont dédiées à l’organisation des tournées et mettent en oeuvre des algorithmes qui permettent de les optimiser au mieux.  Typiquement, un technicien qui fait 8 interventions dans la journée se déplace rarement plus de 50km au total. Et nous comptons diviser ce chiffre par deux d’ici l’année prochaine !

Une information dématérialisée

Une autre chose pénible dans les SAV existants est la nécessité d’établir des compte-rendu papier des interventions, avec signature obligatoire du client. Chez Murfy, toute la relation client est centralisée et les techniciens se focalisent sur leur métier : la réparation. Ainsi, les comptes rendus sont faits en quelques clics via téléphone et une grande autonomie est accordée aux réparateurs.

Finalement, les seuls moments où tout le monde se retrouve sont à l’occasion des restaurants mensuels offerts par la direction !

La performance récompensée

Enfin, j’ai beaucoup entendu que chez la concurrence, le système d’attribution des primes liées à la performance était obscur. Pour les techniciens, cela se manifeste souvent par de l’incompréhension et une forme de ressentiment envers la hiérarchie qui manque d’impartialité.

Chez Murfy, nous avons longtemps réfléchi à la manière la plus juste de rémunérer le travail. Les primes sont déterminées en fonction d’indicateurs très précis, dont la méthodologie de calcul est connu par tous. En plus, les indicateurs de performance sont publics ! Si bien que, à tout moment, vous pouvez connaître le salaire de tous les techniciens de l’entreprise. Eh oui, nous prônons la transparence pour nos clients alors pourquoi ne pas le faire également en interne ?!

Dépoussiérer le secteur de la réparation, apporter plus d’efficacité dans les opérations quotidiennes et plus de transparence dans l’organisation du travail.

3. DES PERSPECTIVES REJOUISSANTES 

En l’espace de 6 mois, Murfy est passé d’un projet entre amis à une entreprise qui secoue le secteur de la réparation. Sur le seul mois d’Avril, nous avons réalisé plus de 1000 réparations. Et nous comptons multiplier ce chiffre par 5 d’ici la fin de l’annéeAlors, rejoindre l’équipe aujourd’hui, c’est participer à la construction du futur de l’électroménager. Car nous ne comptons pas nous arrêter à la réparation. C’est tout un nouveau modèle de consommation que nous voulons proposer.

La carrière d’un technicien chez Murfy

A partir du mois d’octobre de cette année, nous diversifions notre activité avec l’ouverture d’ateliers de reconditionnement. Plusieurs choses sont prévues :

  • un espace principal dédié au reconditionnement de machines en panne qui auraient fini, dans le meilleur des cas, dans les filières de recyclage d’Eco-systèmes (voir notre analyse de la filière du recyclage dans l’électroménager ici).
  • un espace de formation des groupes de jeunes techniciens aux méthodes de diagnostic, au montage et au démontage des machines
  • un espace dédié à la base de connaissance de l’entreprise où des techniciens spécialisés étudient des machines fonctionnelles pour relever toutes leurs caractéristiques techniques
  • un espace réservé à la réparation de cartes électroniques, avec des alimentations faibles, des oscilloscopes numériques, des loupes et des fer à souder dernier cri

En 2020, Murfy atteindra sa couverture nationale et des mutations internes seront proposés à ceux qui le souhaitent.

Et vous dans tout ça ? Qu’est-ce qui vous conviendrait le mieux ?

  • devenir technicien itinérant en île de France ou ailleurs ?
  • prendre en charge une équipe de production et s’assurer des progressions de chacun ?
  • se spécialiser en reconditionnement de machine dans nos ateliers ?
  • devenir formateur en atelier pour les jeunes recrues Murfy ?
  • se spécialiser en réparation de cartes électroniques ?

 

4. UN MÉTIER TOURNÉ VERS L’AVENIR 

Il semble de plus en plus évident que nos modes de consommations actuels ne sont pas tenables d’un point de vue écologique. Le secteur de l’industrie est responsable à lui seul de plus de 20% des émissions de gaz à effet de serre de la planète et il devient urgent d’assurer une transition vers un modèle de consommation plus circulaire. Nous voyons deux manières très complémentaires de réduire nos émissions de gaz à effet de serre dans le secteur du gros électroménager.

La première est de concevoir des machines plus robustes et avec le moins de technologie possible (à l’instar de l’increvable). N’en déplaise aux afficionados des technologies, l’avenir n’appartient pas aux lave-linge qui vous donnent le nombre exact de chaussette dépareillée sur votre smartphone avant de lancer un cycle… Le désespoir de voir votre chaussette Tintin seule sur l’étendoir ne cessera de vous pendre au nez !

La seconde est de redonner une place centrale à la réparation, de manière à ne pas jeter nos machines au moindre pépin.

Il y a de quoi se réjouir pour les futurs techniciens en herbe que vous êtes. Demain, réparer les machines sera une activité perçue d’une très grande utilité publique. Et il y a fort à parier que, dans un monde raisonnable, l’activité de réparation soit même subventionnée par l’état. Tout ceci fait dire à Philippe Bihouix, auteur de l’âge des Low Tech, que “Les héros de demain seront chiffonniers, cordonniers, mécaniciens, menuisiers, réparateurs d’électroménager ou d’informatique”.

Alors soyez fiers de vos choix et n’écoutez pas ceux qui vous disent que vos mains ne valent pas grand chose : vous êtes d’ores et déjà un héros ! Ou une héroïne ? Appel au monde, Murfy recherche par monts et par vaux sa première réparatrice en gros électroménager !


Romain Martin
, Responsable des techniciens @Murfy
👉 Pour postuler directement et obtenir un entretien d’embauche, rendez-vous ici !

1 commentaire
  1. Trop trop bien votre vision Tonton, pour moi qui ai parcouru le monde avec ma caisse à clous 😉👍
    Il y a une ch’tite place aussi pour un vieux à qui il reste quelques années de taf ? (Bon je ne voudrais pas prendre la place d’un jeune hein !)
    Monter une petite activité autours de chez moi ça me plairait bien..
    On parle de franchise ?

Les commentaires sont fermés.

Articles similaires

Pour plus de conseils, inscrivez-vous à notre newsletter